/*** joue sur les accordéons : on peut fermer un soufflet sans que d'autre ne s'ouvre ***/ /*** Pour avoir les accordéons fermés par défaut ***/

« Si les polluants organiques persistants ou POPs sont déjà soupçonnés de favoriser le cancer du sein, leur impact sur son agressivité demeure peu étudié. Une équipe de recherche de l’Inserm et d’Université de Paris, au sein du laboratoire « Toxicité environnementale, cibles thérapeutiques, signalisation cellulaire et biomarqueurs » a réalisé une étude préliminaire pour explorer l’hypothèse selon laquelle les POPs pourraient favoriser le développement des métastases dans le cancer du sein. Leurs résultats suggèrent une association entre l’agressivité du cancer du sein et la concentration de certains POPs dans le tissu adipeux, en particulier chez les femmes en surpoids. Ces travaux publiés dans Environment International ouvrent des pistes inédites pour l’étude de l’impact des POPs sur le cancer du sein. Ils sont toutefois à prendre avec précaution compte tenu de la taille de l’effectif étudié. »

Retrouver le communiqué de presse Inserm en cliquant sur le lien suivant :
https://presse.inserm.fr/certains-polluants-organiques-persistants-pourraient-augmenter-lagressivite-du-cancer-du-sein/36982/