Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher


Connection issue?

Accueil > Equipes de recherche > RMN des substances d’intérêt biologique

Equipe RMN des substances d’intérêt biologique

publié le , mis à jour le

Direction: Nicolas Giraud
Co-Direction: Gildas Bertho

Notre équipe fait partie de l’axe thématique « BioSpectroscopies » du Laboratoire de Chimie et Biochimie Pharmacologiques et Toxicologiques. Nous développons des méthodes analytiques basées sur le Résonance Magnétique Nucléaire que nous appliquons à l’étude de systèmes biologiques présentant un intérêt majeur. Nos projets de recherche couvrent un large éventail de sujets allant de l'étude de l'interaction de petites molécules avec des protéines, à l’analyse métabolomique de fluides biologiques. Ils sont menés dans le cadre de plusieurs collaborations avec des chercheurs provenant de laboratoires de visibilité nationale et internationale, dans les domaines de la chimie organique, biochimie, biologie structurale ou recherche médicale.
Nous mettons en oeuvre nos compétences expérimentales et théoriques pour concevoir des expériences originales permettant de dépasser les limites de sensibilité et de résolution des analyses RMN traditionnelles sur des échantillons complexes. Nous travaillons également au développement d'outils de modélisation et d'analyse de données pour exploiter au mieux les informations obtenues sur les systèmes biologiques étudiés.
Nous bénéficions d’un équipement performant présent sur la plateforme technique de l’UMR 8601. Celle-ci est composée de spectromètres RMN (250 à 500 MHz) équipés d’une large gamme de têtes de mesures et notamment d’une cryosonde, ainsi que d’un prototype d’hyperpolariseur pour la polarisation dynamique nucléaire (DNP) par dissolution. Nous sommes d’autre part membres du programme Equipex CACSICE ( Centre for the Analysis of Complex Systems in Complex Environments) , qui nous donne accès à un spectromètre 700 MHz installé à l’ IBPC ( et configurable pour la RMN des solides et en solution. Enfin, notre environnement expérimental bénéficiera dans les années à venir d'investissements importants du CNRS, de la Région Ile de France, et de l’Université Paris Descartes qui nous permettront de travailler sur une plateforme d’analyse métabolomique de niveau international.